La femme est l’avenir de l’homme

- EDITO de Bruno Uyttersprot, 6 Juillet 2020 -

Alors que les mouvements sociaux s’étaient vus mis au pas à la suite du confinement obligatoire, nous assistions et participions à cette totale docilité devant l’état d’urgence sanitaire proclamé, qui réduisait la société dans son ensemble à la vie recluse et à l’application des préceptes de la distanciation sociale. Le monde semblait – pour un temps- à l’arrêt, comme suspendu, laissant en apparence tout au moins, la « mère-nature » reprendre le dessus.

Seuls les applaudissements de vingt heures, l’hommage chaleureux rendu au personnel de soins, nous rappelaient que la vie battait son plein dans les hôpitaux et les maisons de retraites, pour lutter contre la mort ; et que nous nous devions de saluer ces acteurs héroïques et pathétiques à la fois, œuvrant avec leurs faibles moyens, mais avec la force du désespoir.

Mais alors que les phases d’un déconfinement progressif se succédaient, ne vit-on pas surgir, faisant suite à une bavure policière obscène, une mobilisation des foules dont on se doutait qu’elle n’avait rien à voir avec un besoin de prendre l’air ou d’exorciser une accumulation d’habitudes casanières. Les conflits raciaux, aux Etats-Unis comme ailleurs, couvaient et demeuraient latents, prêts à éclater à nouveau. Là où des dirigeants cultivent et instrumentalisent conflits, divisions, clivages, en renforçant toujours plus les inégalités et le règne de l’injustice, les citoyens se mobilisent et sortent à nouveau dans la rue, réinvestissant l’espace public.

Dans ce contexte sous tensions, la question du genre et de l’invisibilité des femmes dans la société se sont invités de façon récurrente au débat et à l’actualité récents. Qu’il s’agisse de l’indignation des femmes – mais aussi de beaucoup d’hommes -  face à la violence conjugale, au féminicide domestique, au harcèlement sexuel ou encore, avec le covid 19, aux métiers de proximité et de soins où les infirmières et les aides-soignantes devenaient d’un coup les héroïnes d’un monde angoissant et d’une population en recherche de sécurité et réconfort ; il n’y avait pas même jusqu’à la première Ministre Sophie Wilmès - pourtant complice et actrice des coupes sombres « austéritaires » dans le secteur médical au nom de la sacro-sainte discipline budgétaire, pour apparaître sous les feux de l’actualité comme la mère de la Nation.

>>> lire la suite

quiNous sommes un collectif pluraliste d’acteurs de terrain, de praticiens-chercheurs en sciences humaines et de pédagogues spécialisés dans la construction d’interventions, d’analyses et d’outils permettant d’une part de mieux comprendre les réalités et enjeux contemporains des rapports sociaux et, d’autre part, d’influer sur ceux-ci dans une visée d’émancipation pour tous.

Par notre travail, nous souhaitons pointer et comprendre les mécanismes qui empêchent l’émancipation et, à contrario, ceux qui la permettent ou la favorisent en mettant en débat une diversité de points de vue, en analysant des discours et des pratiques, en se mettant à l’écoute des terrains du social et en privilégiant une approche pluridisciplinaire. lire la suite

sur facebook: https://www.facebook.com/legrain.1980