Moins de faim plus de liens

- EDITO du 15 Octobre 2020 -

Se nourrir à sa faim est, depuis l’aube de l’humanité, un défi. La faim tenaille, la faim obsède. Dans notre société d’abondance vacillante, le spectre de la faim nous hante encore ou revient nous hanter. Pour certains, dans l’imaginaire, pour d’autres, en réalité. On a chacun nos stratégies pour se débarrasser de la peur de manquer de nourriture. Beaucoup accumulent des réserves y compris d’argent. D’autres contestent cette façon de thésauriser et voient que l’accumulation chez certains est justement la cause de la pénurie chez les autres. Ils partagent. Ils donnent une partie de ce qu’ils ont. Ou ils se limitent, adoptent la « frugale attitude », et cultivent des choux sur leur petit lopin. En ville, on voit fleurir des potagers. Dans le monde, la malnutrition fait des ravages[1].

202010edito1

Le GRAIN participe à un projet européen de recherche-action visant d’une part, à soutenir des dynamiques communautaires en lien avec l’aide alimentaire et d’autre part, à analyser leur impact sur les participants en termes de développement de compétences[2]. En partenariat avec des Français, des Italiens et des Bulgares, nous nous intéressons en particulier aux compétences favorisant l’émancipation des publics fragilisés et leur participation dans les politiques en faveur de la transition alimentaire et de la défense d’une alimentation de qualité pour tous. Des groupes locaux sont mobilisés dans les quatre pays, avec au total à peu près 80 participants. En Belgique, nous travaillons avec quatre acteurs de l’aide alimentaire au niveau local : Le Resto du cœur « l’Edelweiss » à Mouscron, l’accueil Botanique à Liège, la maison Croix-Rouge de Liège et l’épicerie sociale du CPAS de Les Bons Villers.

>>> lire la suite

quiNous sommes un collectif pluraliste d’acteurs de terrain, de praticiens-chercheurs en sciences humaines et de pédagogues spécialisés dans la construction d’interventions, d’analyses et d’outils permettant d’une part de mieux comprendre les réalités et enjeux contemporains des rapports sociaux et, d’autre part, d’influer sur ceux-ci dans une visée d’émancipation pour tous.

Par notre travail, nous souhaitons pointer et comprendre les mécanismes qui empêchent l’émancipation et, à contrario, ceux qui la permettent ou la favorisent en mettant en débat une diversité de points de vue, en analysant des discours et des pratiques, en se mettant à l’écoute des terrains du social et en privilégiant une approche pluridisciplinaire. lire la suite

sur facebook: https://www.facebook.com/legrain.1980