L’hospitalité en question

Gaëlle Berthelot, Véronique Georis & Ann Grossi, Couleur Livres, 2018

Poser la question des migrations contemporaines implique une réflexion sur l’hospitalité, sur la manière dont l’humanité s’est façonnée à travers la rencontre des communautés humaines. Hannah Arendt l’a démontré : dès qu’une société accepte de classer, trier ses membres, de désigner l’étranger de l’intérieur, de le refouler jusqu’en elle-même, elle est en danger de mort et sème les germes d’une guerre totale contre l’humain.

Ce livre rappelle la place du migrant au sein de nos sociétés. Il explore les fondements anthropologiques de l’hospitalité et aborde les pratiques actuelles de non accueil et les réactions de citoyenneté qui s’y opposent. Car la détresse des nouveaux arrivants montre à quel point la crise de l’accueil n’est plus envisagée que sous la pression d’une mondialisation incontrôlée. Malgré un refus d’accueil majoritaire dans les choix politiques, une nouvelle citoyenneté se crée au jour le jour. Elle s’inscrit dans des relations d’ouverture à l’autre concrétisées dans ce livre par la présentation de trois terrains de rencontre, une expérience de travail social dans un quartier immigré, le récit d’une simple citoyenne à propos de son accueil d’un jeune Afghan et celui d’une travailleuse sociale dans un centre d’accueil des demandeurs d’asile.

Prix : 14 Euros