EDITO du 28 Juin 2019

Qui est in, qui est out ?

A l’avant-garde de ce qui sera la norme dans vingt ans… Petit moteur léger destiné à faire dévier le cours de la marche du monde. Petit grain de sable dans les rouages des grosses institutions ou petit grain de sel dans les débats… Tel m’apparaît le petit monde de l’éducation permanente à l’heure d’écrire cet édito. Avec en arrière-fond le cycle incessant des transformations, ce qui était « out » devenant « in », et retour… L’individu et le groupe. Le groupe et l’individu. Tutorer des jeunes « en insertion ». Trouver le moyen pour que de « out » (du marché du travail), ils deviennent (au moins transitoirement) « in ». Avec l’aide d’un passeur, ou tuteur. Encore faut-il que ce tuteur appartienne bien à la catégorie des tuteurs (efficaces). Une série d’outils récemment développés avec l’aide de fonds sociaux pourraient les aider à entrer de plain-pied dans la catégorie. Ces outils sont présentés et discutés par Bruno Uyttersprot dans notre rubrique « Du GRAIN à moudre ».

Suis-je féministe ? Doit-on être une femme pour être féministe ? Le féminisme, en tant que mot, n’exclut-il pas nombre de féministes de principes, qui ne sont pas des femmes ou qui ne correspondent pas aux catégories binaires du genre ? Manon Bertha se penche sur la dépolitisation des luttes féministes et s’interroge sur la vision qu’ont les jeunes femmes de ces questions.

Une école qui n’en est pas une, une école qui ne fait pas peur parce qu’elle ressemble à une simple boutique de quartier : c’est à cette « rencontre interpellante » que nous convient Véronique Georis et Mathias De Meyer. Ils nous parlent en effet de La petite école, un lieu d'accueil, d'apaisement et de transition entre l'arrivée en Belgique et l'école pour les enfants de l'exil agés de 6 à 16 ans.

Enfin, dans un ordre d’idées un peu similaire, Béatrice Bosschaert continue sa plongée dans le monde des alteractivistes, pour un troisième volet cette fois dédié à leur mode d’organisation qu’elle qualifie de stigmergique. Le principe est, à l’instar des colonies de termites ou d’abeilles, de laisser une trace dans l’environnement afin de prévenir les autres individus qu’il y a un potentiel de construction collective.

Bonne lecture, bel été !

L’équipe de LE GRAIN

quiNous sommes un collectif pluraliste d’acteurs de terrain, de praticiens-chercheurs en sciences humaines et de pédagogues spécialisés dans la construction d’interventions, d’analyses et d’outils permettant d’une part de mieux comprendre les réalités et enjeux contemporains des rapports sociaux et, d’autre part, d’influer sur ceux-ci dans une visée d’émancipation pour tous.

Par notre travail, nous souhaitons pointer et comprendre les mécanismes qui empêchent l’émancipation et, à contrario, ceux qui la permettent ou la favorisent en mettant en débat une diversité de points de vue, en analysant des discours et des pratiques, en se mettant à l’écoute des terrains du social et en privilégiant une approche pluridisciplinaire. lire la suite

sur facebook: https://www.facebook.com/legrain.1980